Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 16:00
48e congrès de la CGT
 

Le congrès est l’un des moments importants de la vie démocratique de la Cgt.

 

 Sa convocation et son organisation sont définies par les articles 26 et 27 des statuts de la Cgt.

 

Le congrès est réuni tous les trois ans et définit les grandes orientations de la confédération.

 

 Les délégués adoptent les règles de fonctionnement de la Cgt et élisent sa direction.

 

 Le dernier congrès se deroule a amiens  du  24 et 25  novembre 2011.

 

 

 

 et le loto le samedi 26 novembre . 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 19:44

31335 nouvelles adhésions à la CGT en 2010

+1.436 en une semaine
 
Et vous, vous êtes syndiqué(e) ?


 

Le rythme de progression des adhésions à la CGT ne se dément pas. Ils sont ainsi 1.436 salarié(e)s à avoir adhéré durant la semaine du 2 au 9 septembre. . C’est deux fois plus que la même semaine de 2009.

 

Sur les 31.335 adhésions enregistrées cette année, 43 % sont des femmes alors que la proportion parmi nos syndiqués n’est que 35 %. La moyenne d’âge de ceux-ci est de 40 ans.

 


20.2 % des nouveaux syndiqués ont moins de 30 ans.

 

Vous aussi, prenez toute votre place dans la CGT
 
Pour adhérer en ligne:
Partager cet article
Repost0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 09:17

Syndicalisme

Jean-François Copé et les parlementaires UMP
partent en guerre contre le syndicalisme

 

Dans combien de discours, dans combien de déclarations, le Président du groupe UMP à l’Assemblée nationale s’est gargarisé du culte du « dialogue social » ? L’examen du complément législatif de la loi fondant la représentativité des organisations syndicales sur le vote des salariés pouvait lui donner l’occasion de passer du discours aux actes. C’est visiblement trop demander à cet élu de la Nation, qui préfère se faire le porte-voix fidèle des organisations patronales pour mieux se marquer à droite.

 

La mise en place de commissions paritaires régionales pour les salariés des très petites entreprises, qui ne disposent aujourd’hui d’aucune représentation collective, pourrait selon lui « donner le sentiment qu’est introduite, de manière indirecte, une présence syndicale dans les TPE ». Il annonce donc que son groupe va amender le projet de loi déposé au parlement pour supprimer la référence à de telles commissions.

 

Pourtant le gouvernement s’était déjà interdit d’en envisager la mise en place généralisée, reniant ainsi l’engagement pris dans la loi du 20 août 2008. Le groupe UMP du Sénat avait de plus supprimé la possibilité de les décentraliser à un niveau territorial plus proche des salariés que la région et interdit aux élus de contacter les salariés dans les entreprises. L’amendement Copé reviendrait maintenant à supprimer la protection légale des élus contre le licenciement dans l’éventualité où une commission paritaire serait installée par la voix de la négociation, comme cela peut être le cas dans l’artisanat.

 

En se partageant les rôles, le gouvernement, Jean-François Copé et l’UMP font le choix de combattre le syndicalisme. Ils relaient la campagne éhontée menée par le MEDEF et la CGPME, déclarant ouvertement la présence syndicale comme un danger à conjurer. Ainsi l’UMP et le patronat mêlent leurs voix et leurs actions pour nier l’exercice d’une liberté constitutionnelle fondamentale : « Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale et adhérer au syndicat de son choix. »

 

La CGT interpellera les parlementaires pour qu’ils renoncent aux interdits qu’ils entendent opposer au syndicalisme. Elle poursuivra, dans une démarche unitaire la plus large, l’action pour la reconnaissance des droits sociaux et démocratiques des salariés des très petites entreprises.

Montreuil, le 2 juin 2010

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 08:08

49ème Congrès :
L'ambition d'une Cgt pour tous.

C’est peu dire que le travail a changé et que le rapport des salariés au travail a profondément bougé. Mais pour autant, le mouvement syndical et notre CGT ont encore des difficultés à se redéployer pour lutter efficacement contre le développement d’inégalités profondes au sein du monde du travail préjudiciables à l’ensemble des salariés et à la société toute entière.


Nous n’avons pas suffisamment su prendre toute la mesure des changements intervenus dans l’organisation du travail et dans les modes de management.
Le travail est tendu et écartelé entre contrainte et créativité, entre responsabilisation et culpabilisation, entre intensification, densification des tâches et épanouissement.

Les salariés et pas seulement les ingénieurs, cadres et techniciens, sont confrontés à des formes de management qui impliquent leur engagement total dans le travail, sans qu’ils disposent des moyens nécessaires pour atteindre les objectifs qui leur sont fixés et dans un environnement où s’affaiblissent leurs droits.

Analyser les impasses sociales auxquelles nous sommes tous confrontés et qui nous ont précipité dans cette crise, comprendre nos difficultés à appréhender cette situation et ces mutations, c’est un des exercices auquel se sont livrés les délégués au 49èmeCongrès de la CGT,mais aussi de nombreux syndiqués durant sa préparation.

De même, la Confédération et avec elle son Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens se sont interrogées sur les manières d’être plus proches des salariés tels qu’ils sont, tels qu’ils vivent. 

Ce qui pose la question des structures professionnelles et territoriales adaptées à ce que sont devenu les entreprises, les branches professionnelles, les bassins d’emploi.

La CGT a réaffirmé à l’occasion de ce congrès son ambition de construire un syndicalisme d’adhérents reposant sur une vie syndicale active et démocratique permettant à chaque syndiqué d’être pleinement impliqué dans l’organisation et à la CGT,de rayonner sur la plus grande partie du salariat pour devenir la grande force syndicale des salariés, celle dans laquelle ils se reconnaissent, avec laquelle ils et elles ont envie de s’investir pour transformer leur condition sociale et de vie.

L’enjeu de la syndicalisation doit devenir un axe majeur et permanent pour toutes les organisations de la CGTet pour sa part,  de notre syndicat des territoriaux d'amiens-metropole.

Dans le cadre de la journée d'action du 21 janvier 2010  portant sur la réforme territoriale  "Services et emplois publics en danger! Agissons!", nous organiserons une semaine de la syndicalisation du lundi 17 au vendredi 21 janvier 2010 dans l'ensemble des services de la métropole.  


Rendez-vous régulièrement dans cette rubrique pour suivre l'évolution de la syndicalisation de notre syndicat.

Partager cet article
Repost0