Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 09:27

En octobre,

tou(te)s dans l’action !

Dans le cadre de l’appel de l’intersyndicale interprofessionnelle du 24 septembre, la Fédération CGT des Services publics appelle les agents terri-toriaux à participer massivement aux manifestations et rassemblements unitaires du samedi 2 octobre. Elle appelle à faire du mardi 12 octobre une journée massive de grève et de manifestations pour dire « NON ! » à la mise à mort de la retraite à 60 ans et exiger de réelles négociations sur l’avenir des retraites.

 

La journée européenne d’action du 29 septembre doit être un nouveau temps fort de lutte contre les politiques européennes d’austérité dans lesquelles s’inscrit le projet de réforme de retraite. La Fédération appelle donc ses syndicats à investir cette journée et participer aux initiatives programmées dans ce cadre.

 

Pour inscrire le rapport de force dans la durée, la Fédération appelle enfin durant la première quinzaine d’octobre à généraliser les actions de lutte sous toutes les formes, et pour cela, à mettre en débat, avec les sa-lariés et dans l’unité, les mobilisations du plus haut niveau possible, sans exclure aucune modalité d’action, y compris la grève reconductible là où les conditions sont réunies et permettent l’élargissement du rapport de force.

 

lire le tract :

http://www.spterritoriaux.cgt.fr/IMG/pdf_Tractoctobre2010.pdflink

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 10:56
La mobilisation franchit un cran supplémentaire dans les services publics territoriaux
Après le 23 septembre, on continue !

Communiqué de la Fédération CGT des Services publics

 

Les agents des services publics territoriaux se sont de nouveau fortement mobilisés le 23 septembre et ont ainsi contribué au succès de la massive mobilisation interprofessionnelle.

 

Avec plus de 600 appels et préavis de grève locaux et départementaux recensés, et un taux de grévistes que la Fédération CGT des Services publics estime supérieur à 33%, la mobilisation des agents territoriaux se consolide et s’élargit. De nombreux services et équipements étaient fermés sur l’ensemble du territoire, les agents des petites collectivités locales étaient nombreux dans les manifestations et le mouvement de grève était majoritaire parmi les personnels dans un nombre important de collectivités.

 

Tout en continuant de désinformer sur le niveau véritable de la mobilisation, le gouvernement reconnaît lui-même cette réalité en annonçant un taux de grévistes en hausse par rapport au 7 septembre dans la Fonction publique territoriale.

 

Face au refus du gouvernement d’entendre les aspirations et la colère du monde du travail, face au déni de démocratie le conduisant à nier la montée de la contestation, l’heure est à la poursuite et à l’amplification de la mobilisation, à son inscription dans la durée et la continuité.

 

La Fédération CGT des Services publics appelle donc ses syndicats à continuer de s’inscrire dans le processus de mobilisation unitaire interprofessionnelle et, dans l’unité la plus large possible, à réunir partout les personnels en assemblée générale pour mettre en débat les suites à donner au 23, généraliser les actions de manière quotidienne, sans exclure aucune modalité, y compris la grève reconductible là où les conditions sont réunies et permettent l’élargissement du rapport de force.

 

 

 

Elle appelle notamment à faire de la journée européenne d’action du 29 septembre un nouveau temps fort de lutte

 



Partout, développons la mobilisation !

Nous pouvons gagner et faire plier le gouvernement et le Medef ! Non à la réforme Sarkozy/Parisot ! Oui à une réforme de progrès social pour nos retraites !


Nous ne lâcherons pas !

 

Montreuil, le 24 septembre 2010

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 09:21
Une détermination qui se renforce

jeudi 23 septembre 2010, par MLF

La CGT se félicite de l’ampleur de la participation des salariés à la journée de grèves et de manifestations du 23 septembre 2010.

 

L’Elysée croit pouvoir s’appuyer sur les taux de grévistes officiels dans le secteur public pour considérer le mouvement de colère provoqué par la réforme des retraites en repli.

 

La réalité est toute autre

 

La CGT recense aujourd’hui près de 3 millions de manifestants dans 232 manifestations, un engagement dans la lutte de nouveaux salariés du privé dont ceux issus de PME, des décisions d’arrêts de travail plus nombreuses que le 7 septembre, une présence plus marquée des jeunes et des femmes. Parallèlement, une forte majorité de français exprime un soutien à la mobilisation et aux initiatives de l’intersyndicale.

 

Il ne sert à rien de tergiverser. Le Président de la République et les parlementaires doivent prendre l’exacte mesure de l’exaspération provoquée par une loi inspirée exclusivement par les positions du Medef.

 

Ils doivent accepter d’ouvrir une réelle négociation sur les propositions alternatives susceptibles de garantir le financement des retraites et le maintien du droit au départ à 60 ans

 

Toute autre attitude serait désormais susceptible de provoquer une crise sociale de grande ampleur.

 

En s’appuyant sur une mobilisation largement ancrée dans le pays, la CGT sera à l’initiative de débats conduisant les salariés du public et du privé, les retraités comme les plus jeunes à poursuivre la mobilisation unitaire par des actions dans les entreprises et les localités.

 

Elle appelle les salariés à s’organiser dans la CGT dans cette période cruciale pour l’avenir des droits sociaux.

 

La CGT va porter une nouvelle fois ses revendications sur les retraites le 29 septembre à l’euro manifestation à Bruxelles où tous les syndicats vont exprimer ensemble leur refus commun des plans de rigueur qui se multiplient dans plusieurs pays.

 

Prenons partout des initiatives ce jour là.

 

La CGT sera active lors de la réunion intersyndicale du 24 septembre pour dégager de nouvelles perspectives de luttes unitaires dès les prochains jours.

 

Montreuil, le 23 septembre 2010 – 18 heures

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 20:51

 

Plus déterminé(e)s que jamais

 

trouvez en cliquant sur le lien ci dessous, l'interview de Bernard THIBAULT

http://www.cgt.fr/spip.php?article37767link

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 20:47

 

Trouvez ci dessous  la vidéo de la manifestation

d'Amiens 

du 07 septemmbre 2010

sur les retraites.

Vidéo prise à partir d'un téléphone portable

http://www.youtube.com/watch?v=F6YAt8j-9iI

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 10:34

Nous pouvons gagner !

Le 23 septembre,

et ensuite :

tou(te)s dans l’action !

Après le succès historique de la mobilisation du 7 septembre, le gouvernement campe sur l’essentiel de son projet de réforme des retraites. Pour autant, les évolutions certes très insuffisantes concédées par Sarkozy démontrent que le rapport de force peut faire bouger les lignes. En amplifiant encore la mobilisation, nous pouvons gagner !

 

Le vote de l’Assemblée nationale ne met pas fin à la bataille. Le projet de loi doit encore passer au Sénat à partir de début octobre.

Les prochaines semaines seront décisives : l’issue du combat dépend de chacun(e) d’entre nous.

 

A ce stade, le gouvernement, la majorité parlementaire et le patronat persistent à vouloir faire payer la réforme des retraites aux seuls salariés et retraités : report de l’âge légal à 62 ans ; recul de 65 à 67 ans de l’âge ouvrant droit au taux plein ; allongement à 41,5 ans de la durée de cotisation ; maintien de la décote ; attaque contre la catégorie active dans la Fonction publique, balayant d’un revers de main la véritable reconnaissance de la pénibilité.

 

Un sondage BVA du 9 septembre confirme l’opposition grandissante de la population avec 62 % des français qui estiment qu’il faut d’autres journées d’action et 55% d’entre eux qui demandent que le gouvernement cède sur le report de l’âge légal de départ à la retraite.

 Dans le cadre de l’appel de l’intersyndicale interprofessionnelle, et de celui de l’intersyndicale Fonction publique, la Fédération CGT des Services publics appelle les agents territoriaux à faire du 23 septembre une journée massive de grève et de manifesta-tions pour dire « NON ! » à la mise à mort de la retraite à 60 ans et exiger de réelles négociations sur l’avenir des retraites.

 

 D’ici au 23, elle appelle à développer et généraliser les actions locales dans les semaines à venir et a déposé à cet effet un préavis de grève national pour la période jusqu’au 23 septembre, afin de couvrir les actions décidées localement. Nous devons en particulier demander des comptes aux députés sur leur vote et interpeller les sénateurs sur leur positionnement à venir et notre exigence de respect de la volonté populaire.

 

 La Fédération appelle enfin les personnels avec leurs organisa-tions syndicales à mettre partout en débat la nature des suites à donner au 23, sans exclure aucune forme, y compris la grève reconductible.





 

 

Moins 480

en catégorie C

Moins 600

en catégorie B

Moins 840

en catégorie A

Ce sera le montant moyen de la ponction opérée sur 10 ans sur nos fiches de paye du fait de l’augmentation du taux de la cotisation retraite dans la Fonction publique.

Moins 16%
D’après les prévisions d’inflation, ce sera, depuis 2000, la perte de pouvoir d’achat du point d’indice en 2013 si le gouvernement maintient le gel du point.

 

22,6 milliards d’
C’est le coût du projet de réforme des retraites pour les salariés.

 

La CGT revendique :

Ø    Pour  tous, privé et public, le droit à la retraite à 60 ans, avec  une pension à 75 % du salaire pour une carrière complète, avec une meilleure prise en compte de la pénibilité et aucune pension inférieure à 1600 €.

Ø    Un financement mettant fortement à contribution les profits des entreprises et les hauts revenus.

Ø    Des  augmentations salariales assises sur la valeur du point d’indice, permettant le rattrapage des pertes subies depuis des années.

Ø    Un plan de titularisation et une limitation stricte du recours au non-titulariat.

Ø    L’arrêt de la casse méthodique de la Fonction publique et la mise en œuvre des moyens financiers permettant de répondre aux besoins de la population, ce qui implique l’arrêt de toute politique de gel et le retrait du projet de réforme des collectivités.

 

 

 


4,4 milliards d’

 C’est le montant de la participation symbolique demandée par le gouvernement aux entreprises et hauts revenus pour les retraites.

20 milliards d'€
C’est ce que rapporterait, en euros, la mise à contribution des revenus financiers des entreprises, s’ils étaient soumis à la cotisation retraite patronale.

C’est aussi, en dollars, le montant estimé de la fortune personnelle de Liliane Bettencourt !

10 milliards d’

 C’est, selon la Cour des Comptes, ce que peut rapporter pour les retraites la mise à contribution des revenus  non soumis à cotisation (intéressement, stock-options, participation, …)

Tous ensemble,

nous pouvons faire reculer le gouvernement
et le patronat sur leur projet inacceptable
et rétrograde !

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 19:39

Bataille pour les retraites

 

"Il n’est pas illusoire de viser la victoire"


A l’occasion d’un grand débat sur le forum social de la Fête de l’Humanité, Le secrétaire général de la CGT a déclaré samedi qu’il n’était "pas illusoire de viser la victoire" dans la bataille sur les retraites car les syndicats et le mouvement social sont "en position de force aujourd’hui".

 

"Ayons confiance en nous (...), c’est nous qui sommes en position de force aujourd’hui, c’est pas eux", le gouvernement et sa majorité, a-t-il lancé. Bernard Thibault a indiqué que la priorité, "c’est d’élargir la mobilisation", pas de durcir les formes de lutte, car "on a encore beaucoup à gagner" en termes de participation aux manifestations et aussi aux grèves.

 


"Le blocage des transports, c’est pas compliqué du tout, on sait faire. Mais c’est pas notre stratégie syndicale. Notre stratégie syndicale repose sur la masse des travailleurs engagés dans une lutte", a souligné le secrétaire général de la CGT.
 

S’exprimant sur la question de l’unité, Bernard Thibault a été particulièrement applaudi lorsqu’il a défendu l’unité des syndicats. "Les salariés attendent l’unité des syndicats et l’unité des syndicats doit survivre à tous les événements".

 
Partager cet article
Repost0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 19:35

Retraites :

Ne pas attendre 2012 pour gagner



Après l’énorme succès de la mobilisation du 7 septembre, les syndicats et les salariés ontils encore une partition à jouer ? C’est la question que l’on pourrait se poser après l’émission « A vous de juger » organisée le lendemain par France 2. Une soirée durant laquelle on a voulu reléguer les deux principaux leaders du mouvement social, Bernard Thibault et François Chérèque, au rôle d’utilité pour laisser la place aux seuls politiques. François Fillon et Ségolène Royal ont chacun pulvérisé le timing prévu de l’émission tandis que les deux Secrétaires généraux de la CGT et de la CFDT étaient cantonnés en fin de soirée à une heure où de nombreux spectateurs avaient fini de bailler devant un lénifiant premier ministre.

 

 

Oui la réforme des retraites est entrée dans sa phase parlementaire à marche forcée. Oui c’est aux députés et aux partis politiques de s’affronter, mais rien ne serait pire que de laisser les salariés spectateurs. Il y a un gros risque soit à renoncer à faire reculer le gouvernement, ce qui est toujours possible, soit à s’en remettre à un changement politique en 2012 comme l’a promis l’excandidate socialiste lors de l’émission. Bien sûr, il sera toujours possible de défaire par une loi ce que cette réforme aura fait. « Mais, ne tombons pas dans l’illusion qu’il faut attendre les élections pour changer la réforme », a déclaré François Chérèque au cours de l’émission.
« Nous, on ne fait pas le choix d’un changement par le politique, c’est l’action syndicale qui aujourd’hui changera les choses », a-til ajouté. « D’expérience syndicale je dirai qu’il ne faut attendre aucune échéance », a renchéri Bernard Thibault. « Puisque nous n’arrivons pas à infléchir la réforme sur le fond, il nous faut obtenir une participation encore plus importante à la journée de grève et de manifestations du 23 septembre », a ajouté le Secrétaire général de la CGT. Oui les organisations syndicales ont une responsabilité historique à tenir dans cette période, sans attendre la réalisation hypothétique d’une promesse de pré-campagne électorale. Car la question d’une autre réforme resterait de toutes façons posée même si l’on rétablit les bornes d’âge à 60 et 65 ans.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 07:41

Age de la retraite

Pour 55% des Français,
le gouvernement doit céder

 

Après la grande journée de mobilisation, manifestations et grèves du 7 septembre, plus d’un français sur deux (55%) estiment que le gouvernement doit céder sur le report de l’âge légal de départ à la retraite.

 

C’est ce qui ressort du sondage BVA pour Canal+ diffusé aujourd’hui. Il en ressort également que le 7 septembre a été "plutôt un succès" pour les syndicats et l’opposition pour 80% des sondés. Et ils sont plus de six personnes sur dix (62%) à estimer qu’il faut des suites avec d’autres journées d’action.


Décidément, c’est peu dire que le président de la République et son gouvernement sont en échec face à une opinion publique qui n’accepte pas cette réforme injuste des retraites.


Partager cet article
Repost0
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 20:11
Bernard Thibault n'exclut pas
"une crise sociale d'ampleur"

PARIS — Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, considère qu'"on peut aller vers un blocage, une crise sociale d'ampleur", dans un entretien au Monde daté de vendredi, affirmant que les syndicats n'ont "pas l'intention de lâcher" sur la réforme des retraites.

 

Pour M. Thibault, l'objectif de l'intersyndicale, qui a appelé à une nouvelle journée d'action le 23 septembre, "est clair: confirmer notre opposition au projet de loi et rallier à cette cause encore plus de salariés".

 

"Nous n'avons pas, nous non plus, l'intention de lâcher", affirme-t-il, rappelant que des mobilisations sont également programmées dans les entreprises le 15, pour interpeller les députés le jour où ils doivent voter la loi à l'Assemblée.

 

"On peut aller vers un blocage, vers une crise sociale d'ampleur. C'est possible. Mais ce n'est pas nous qui avons pris ce risque", assure M. Thibault, pour qui le président Nicolas Sarkozy "instrumentalise" la réforme des retraites "pour des raisons politiques".

 

"Il en a fait l'un des marqueurs de son quinquennat. C'est une source de blocage, comme l'est aussi le fait que l'Elysée rédige aujourd'hui la loi", ajoute le syndicaliste.

 

"Son obstination à maintenir la réforme en l'état obéit, nous semble-t-il, à des raisons qui ne sont plus liées à l'avenir des retraites", affirme Bernard Thibault.

Interrogé sur les nouvelles mesures proposées mercredi par Nicolas Sarkozy, le leader de la CGT considère que "ce qu'il a annoncé est à la marge au regard des désaccords de fond".

 

"Le dispositif de la pénibilité reste subordonné à des critères médicaux et individuels. Le renvoi à des négociations de branches n'oblige à aucun résultat alors que le patronat y est hostile", juge -t-il.

 

 

De plus, "les aménagements sur les carrières longues restent flous et la réforme reste fondamentalement injuste", ajoute-t-il.

 

Le syndicaliste regrette que "dans ce pays, les syndicats sont sommés d'accepter systématiquement le fait accompli et les arbitrages successifs, unilatéraux et personnels du président. Cette méthode atteint ses limites", affirme-t-il.

Partager cet article
Repost0