Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 18:42
La mobilisation ne cesse de progresser dans la Fonction publique territoriale Après le 12, on continue !
 

La Fédération CGT des Services publics évalue à plus de 35% le taux de grévistes dans la Fonction publique territoriale, soit un progrès de 2 points par rapport au 23 septembre.

Tout en minorant comme à l’accoutumée le taux réel de grévistes, le ministère de la Fonction publique reconnaît cette progression en annonçant une augmentation du taux de grévistes dans la Fonction publique territoriale par rapport au 23 septembre : selon les chiffres officiels, le taux pour la journée du 12 octobre est de 16,12% contre 15,75% le 23 septembre. Il s’agit du taux officiel le plus haut depuis la journée d’action du 29 janvier 2009.



 

Cette progression témoigne de l’ancrage du mouvement sur l’ensemble du territoire et de la volonté des agents des services publics territoriaux d’obtenir satisfaction sur les revendications.

 

Comme lors des précédentes journées d’action, ce sont des centaines de milliers d’agents de la Fonction publique territoriale et des secteurs privés de l’eau, du logement social et de la thanatologie, qui se sont aujourd’hui mobilisés dans la grève et les manifestations, participant ainsi au développement du mouvement interprofessionnel constaté partout.

 

Ce fort niveau de mobilisation démontre que, comme dans l’ensemble du salariat, la propagande et les basses manœuvres gouvernementales, loin de décourager la mobilisation, ne font que renforcer la motivation des personnels à lutter pour gagner une réforme juste et mettre en échec le projet Sarkozy-Parisot. Et ce sont bien le gouvernement et le patronat qui portent l’entière responsabilité de la radicalisation du mouvement.

 

La reconduction de l’action à compter du 13 octobre est d’ores et déjà décidée, souvent dans l’unité, dans plusieurs collectivités des Bouches-du-Rhône (notamment à Marseille), à la ville de Paris, au Syndicat interdépartemental de l’assainissement de l’agglomération parisienne, dans les collectivités de la Sarthe. Des actions appuyées par des débrayages sont décidées pour le 13 dans le Puy-de-Dôme et la Haute-Loire. Des actions sont prévues le 13 dans le Cantal et la Manche. Des décisions de reconduction ont été prises pour le 14 octobre à Toulouse (dans l’unité) et à la mairie de Limoges.

 

De nombreuses assemblées générales sont prévues demain pour décider de l’éventuelle reconduction du mouvement, sous diverses formes, des préavis étant reconductibles dans au moins 35 départements et 163 grandes et moyennes collectivités.

 

La Fédération renouvelle son appel aux agents territoriaux à décider en assemblée générale l’inscription de l’action dans la continuité à partir du 13 octobre et, partout où les conditions sont réunies, à mettre en débat la reconduction du mouvement de grève. Elle appelle en outre à construire une grande journée de rassemblements et de manifestations unitaires et interprofessionnelles le samedi 16 octobre.



Nous sommes plus que jamais convaincus que nous pouvons gagner. La victoire passe par l’élévation du rapport de force dans la durée. Nous irons jusqu’au bout !

 

Montreuil, le 12 octobre 2010, 19 heures 30

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 13:57
Intersyndicale du 8 octobre :
 après le 12, nouveau rendez-vous de manifestations le samedi 16 octobre 2010

La mobilisation sur les retraites entre dans une phase décisive

COMMUNIQUÉ DES ORGANISATIONS CFDT, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA

Les mobilisations et le soutien de la population ont contraint le gouvernement à annoncer hier quelques mesures ciblées et limitées. Dans le même temps, il accélère le processus par un vote anticipé des articles 5 et 6 de la loi portant sur les mesures d’âges.

 

Ces annonces ne sont pas de nature à modifier le caractère injuste et inefficace de la loi sur les retraites dénoncé par une large majorité des salariés et toutes les organisations syndicales.

 

Le gouvernement diffuse des contrevérités concernant la pénibilité du travail, le financement de nos retraites, la justice de la réforme, l’amélioration du sort des femmes…

 

Après avoir refusé le dialogue avec les organisations syndicales, être passé en force à l’Assemblée Nationale, il contraint et précipite le débat au Sénat. Il espère désamorcer le processus de mobilisation qui s’amplifie.

 

La détermination des organisations syndicales à agir contre cette réforme injuste reste intacte.

 

Les organisations syndicales réaffirment leur ferme attachement à la retraite à 60 ans et à la possibilité de partir à 65 ans avec une retraite à taux plein.

Elles exigent la tenue d’un véritable débat pour la prise en compte d’alternatives permettant de garantir l’avenir de notre système de retraite par répartition.

 

Une autre réforme juste et efficace est possible.

 

Le 12 octobre s’annonce comme une journée de grèves et manifestations de très grande ampleur comme en témoignent les multiples appels unitaires dans les secteurs professionnels et les départements.

 

C’est pourquoi les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA vont mettre à profit les prochains jours pour élargir et amplifier la mobilisation de toutes et tous pour qu’elle soit déterminante. Elles appellent leurs organisations à prendre ensemble des initiatives dans les territoires, les entreprises et les administrations. La tenue d’assemblées générales et l’organisation de consultations unitaires des salariés sur leur lieu de travail pourront permettre de définir démocratiquement le rythme, les formes et les suites de l’action.

 

Les organisations syndicales décident d’ores et déjà d’un nouveau rendez-vous de manifestations permettant la convergence des mobilisations interprofessionnelles et intergénérationnelles le samedi 16 octobre 2010.

 

Elles se reverront le 14 octobre pour évaluer à nouveau la situation et envisager les suites.

Le 8 octobre 2010

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 13:53

A partir du 12 octobre,

en lutte continue pour gagner !

 

Dans le cadre de l’adresse de la CGT aux salariés en date du 6 octobre, et comme le font les organisations syndicales d’autres secteurs professionnels et de nombreux territoires, la Fédération CGT des Services publics appelle les agents des services publics territoriaux :


- à se mettre massivement en grève le 12 octobre et participer toujours plus nombreux aux manifestations et rassemblements unitaires et interprofessionnels.


- à partir du 12 octobre, à décider chaque jour en assemblée générale d’inscrire la mobilisation dans la continuité sous toutes les formes possibles et, partout où les conditions sont réunies et dans l’unité la plus large possible, à mettre en débat la reconduction du mouvement de grève.


- en lien avec les structures interprofessionnelles, à généraliser sur tout le territoire les initiatives de lutte permettant de mettre sous pression les intérêts économiques du patronat.

 
- à multiplier les actions d’interpellation des représentants de l’Etat et de la majorité parlementaire.

 

En plus de celui couvrant déjà la période allant jusqu’au 12 octobre, un préavis national a été déposé par la Fédération pour la période du 13 au 30 octobre 2010.

 

Pour lire le tract:

 

http://www.spterritoriaux.cgt.fr/IMG/pdf_tract12oct2010.pdflink

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 18:56
Communiqué de la Fédération CGT des Services publics :
le droit de grève doit être respecté par tous, y compris les élus UMP !
 

Depuis le 7 septembre, la dynamique du mouvement social ne cesse de s’amplifier. La Fonction publique territoriale prend toute sa part dans la mobilisation.

A tel point que la tentation de certains élus locaux de la majorité parlementaire est forte de faire pression sur les personnels pour casser l’élan qu’ils donnent à la mobilisation, notamment par des tentatives d’intimidation.

 

La Fédération des Services Publics tient à rappeler le droit à ces exécutifs locaux. Ainsi, dans la Fonction publique territoriale, le retrait de salaire pour grève doit être effectué pour la durée effective de l’arrêt de travail (c’est à dire heure par heure), et certainement pas pour une durée supérieure. Depuis les transferts consécutifs à la loi Raffarin, ce dispositif concerne d’ailleurs également les agents territoriaux des collèges et lycées.

 

Aussi les menaces de rétorsion financière, le chantage sur les carrières faits aux territoriaux (crèches et écoles) de la Ville de Marseille, dans la reconduction de la grève depuis le 23 septembre dernier, comme aux agents de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole et du CCAS, dans une presque totale unité (CGT – FSU – UNSA – CFTC – CFDT), sont inadmissibles. Si de telles menaces étaient mises à exécution, le procédé serait évidemment hors la loi.

 

Si le Maire de Marseille entend poursuivre sur cette voie, il trouvera donc face à lui une CGT déterminée à faire cesser des pratiques d’une autre ère et qui doivent aujourd’hui totalement disparaître de sa municipalité.

 

Nous appelons les organisations de la Fédération à faire remonter toutes tentatives d’obstruction au droit de grève dont le mouvement social montant ne saurait s’encombrer.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 08:26

Avec tous les moyens de propagande à leur disposition,
il ne reste plus qu' à l'Etat de convaincre 

70% des Français !

Soit un peu plus que la dernière fois. Samedi 2 octobre, nous étions près de 3 millions dans la rue.


Avec une participation différente des précédents mouvements. Pourtant ne nous avait pas dit que l’affaire était bouclée, qu’elle était juste et équitable et qu’on y reviendrait pas ?

 

Nous avons eu droit, une nouvelle fois, aux discours d’un Tronc qui se félicite qu’il n’y ait pas plus de manifestants que la dernière fois… sans parler des propos mensongers d’un Woerth qui nous promet la réforme la plus sociale d’Europe, alors même qu’il met en oeuvre la même politique libérale antisociale que dans les autres pays ! Leur seule limite est la résistance et les luttes des salariés et de la population.


On ne peut être plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Certains analystes commencent d’ailleurs à pointer le risque de l’autisme gouvernemental pour l’économie du pays.

 

Le droit à la retraite à 6O ans avec la prise en compte des années d’études et de chômage, c’est une revendication qui monte dans les cortèges. Comme celle d’une politique pour l’emploi pour tous, jeunes et moins jeunes, avec de bons salaires.


Elles sont là les clés d’une véritable réforme des retraites et non pas dans les solutions individuelles comme voudraient nous faire croire les grands affairistes financiers.
On a déjà sur les rangs le groupe Médéric qui se spécialise dans l’épargne retraite et à la tête duquel on trouve comme par hasard le frère de président…

Les jours prochains vont être décisifs pour cela.

 

D’ores et déjà, le mardi 12 octobre s’annonce comme un rendez vous majeur pour le monde du travail.

 

La confiance est en train de changer de camp, à nous d’écrire cette page du mouvement social !

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 08:41
COMMUNIQUE DE LA CGT 

 

La mobilisation s’est élargie avec les manifestations unitaires du 2 octobre : une nouvelle étape est franchie !
 

Samedi 2 octobre, salariés ou autres citoyens, jeunes ou plus âgés, issus du public ou du privé, de grandes ou de petites entreprises, en famille ou entre collègues, c’est une nouvelle fois près de 3 millions de manifestants qui sont descendus dans la rue pour crier leur opposition au projet de réforme des retraites.

 

Plus de 230 manifestations ont été recensées dans tout le pays, dans les grandes ou petites villes. Cette multiplication des rassemblements démontre à l’évidence une conviction et une détermination ancrée.

 

Des milliers de salariés ont participé à leur première manifestation. Cette mobilisation résolue et grandissante ne peut rester sans réponse. Le gouvernement doit maintenant prendre la mesure de la colère des salariés et citoyens de ce pays.

 

La CGT, aux côtés des salariés, appelle les sénateurs à mesurer l’enjeu social et démocratique du mouvement : il ne peut pas y avoir d’abîme entre la volonté profonde des citoyens de ce pays et la représentation nationale.

 

Le mépris ne peut pas être une nouvelle fois la réponse aux millions de manifestants.

 

L’ouverture de négociations doit intervenir dans les plus brefs délais. La CGT y défendra des propositions permettant de garantir la pérennité de notre système de retraite par répartition, pour le maintien du droit au départ à 60 ans, avec un niveau de pension permettant de vivre dignement, la reconnaissance de la pénibilité.

 

Pour poursuivre l’élargissement de la mobilisation unitaire la CGT appelle l’ensemble des salariés à débattre dans les territoires et dans les entreprises et décider de nouvelles actions unitaires. La CGT appelle à faire du mardi 12 octobre, par la grève et les manifestations, un moment déterminant pour la suite de la mobilisation.

 

Samedi 2 octobre 2010, 18h15

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 18:59

Euromanifestation

Succès partout en Europe

 

Plus de 100 000 manifestants venus de toute l’Europe à l’appel de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) ont investi Bruxelles le 29 septembre.

 

« Non à l’austérité, priorité à l’emploi et à la croissance » : ce mot d’ordre a été repris dans toutes les langues du continent européen exprimant ainsi une convergence inédite des syndicats et dans une mobilisation unitaire exceptionnelle des syndicats en Europe.

 

Des mobilisations ont également eu lieu dans de nombreux pays européens le 29 septembre : des centaines de milliers de manifestants en Espagne dans le cadre d’une grève générale lancée unitairement, des manifestations en Italie, au Portugal, en Lituanie, en Allemagne, en Lettonie, à Chypre, en Serbie, en Pologne, en Finlande et en Irlande.

 

Auparavant des manifestations s’étaient déroulées dans le cadre de l’appel de la CES à Bucarest et à Prague, réunissant respectivement 20 000 et 40 000 manifestants.

 

La CGT est d’autant plus satisfaite de ce succès que ses organisations et militants y ont apporté un engagement et un poids considérable. Avec plus de 9 000 manifestants CGT à Bruxelles, les objectifs que nous nous étions assignés ont été atteints. Le « cortège » de la CGT a été signalé comme le plus important des pays d’Europe, hors la Belgique. C’est enfin la plus forte participation de manifestants CGT à une euromanifestation à Bruxelles.

 

Une manifestation colorée, revendicative et fraternelle a réuni près de 3 000 salariés français et espagnols au Perthus.

 

Ailleurs, en France, d’autres rassemblements et manifestations se sont déroulées marquant là aussi un fort engagement de la CGT, notamment : 1 200 manifestants à Nantes, 2 500 à Lyon et 1 000 à Toulouse.

 

Cette mobilisation à l’échelle européenne, le rôle et la place qu’a pris la CGT sont un encouragement pour renforcer les euro-mobilisations en lien avec toutes celles, dans les entreprises et les différents pays, qui grandissent contre l’austérité, pour l’emploi, les salaires et la protection sociale.

 

Clairement les manifestants, venus de France à Bruxelles et en France, ont fait du 29 septembre une journée de mobilisation inscrite dans le processus d’élargissement du rapport de force dans la bataille des retraites avant les journées de 2 et 12 octobre.

 

On continue pour gagner.

Montreuil, le 30 septembre 2010

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 18:52
Préavis de grève national couvrant la période du 6 au 12 octobre 2010

Monsieur le Ministre,

 

Malgré les fortes mobilisations des 7 et 23 septembre et les précédentes journées d’action du printemps, et en dépit de premiers aménagements bien insuffisants obtenus par le rapport de force, le gouvernement auquel vous appartenez campe sur ses positions, pourtant rejetées massivement par la population.

 

- Sur les retraites, il n’est toujours question que de recul de l’âge légal et de celui du taux plein, d’augmentation de la durée de cotisation et du taux de cotisation de la fonction publique, de remise en cause des droits familiaux, de nivellement par le bas… Le seul objectif du gouvernement étant de baisser le niveau des pensions.

 


- Sur les salaires, le gouvernement a décidé le gel du point d’indice sur les prochaines années et ne règle en rien le contentieux accumulé depuis 2000.

 


- Sur l’emploi, c’est la poursuite d’une politique effrénée de suppression de postes, détériorant les conditions de travail et mettant en péril la qualité du service public rendu, alors même que la porte de la titularisation et de la résorption de la précarité est a priori entrouverte.

  


- Avec la suppression de la taxe professionnelle et le projet de réforme des collectivités territoriales, le gouvernement a décidé de porter un coup fatal, au service public local et à la fonction publique territoriale.

 

Pour notre organisation, le vote de l’Assemblée nationale sur le projet de loi relatif aux retraites ne clôt pas le dossier et la bataille continue.

 

Tout cela, dans un contexte où le gouvernement persiste à vouloir faire payer la crise à la majorité de la population qui n’y est pour rien et a annoncé le gel des dépenses publiques pour les 3 années à venir.

 

Le progrès social, l’intérêt général et la solidarité appellent des choix en rupture avec ceux mis en œuvre actuellement.

 

De ce fait, notre Fédération a décidé de mettre à la disposition des personnels des services publics territoriaux un préavis de grève leur permettant de décider des formes à donner à la nouvelle phase du processus de mobilisation, sans exclure aucune modalité, y compris la grève reconductible. En conséquence, la Fédération CGT des Services Publics dépose des préavis de grève reconductibles de 00h à 24h concernant l’ensemble des agents des services publics territoriaux pour les journées des mercredi 6, jeudi 7, vendredi 8, samedi 9, dimanche 10, lundi 11 et mardi 12 octobre 2010, pour la satisfaction des revendications suivantes :

 
- Pour tous, privé et public, le droit à la retraite à 60 ans à 75 % pour une carrière complète, avec une meilleure prise en compte de la pénibilité et aucune pension inférieure au SMIC revendiqué par la CGT.

 


- Un financement mettant fortement à contribution les profits et les hauts revenus.
 

- Le maintien et l’amélioration du Code des Pensions, de la CNRACL et de l’IRCANTEC.

 


- Des augmentations salariales assises sur la valeur du point, permettant le rattrapage des pertes subies depuis des années.

  


- Un plan de titularisation, la résorption de la précarité, une limitation stricte du recours au non-titulariat.


- Des finances publiques permettant de répondre aux besoins de la population et à l’intérêt général, ce qui implique le refus de tout gel.


- L’abandon du projet de réforme des collectivités locales et une réforme de leur financement fondé sur la solidarité entre territoires garantissant l’égalité d’accès aux services publics.

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos respectueuses salutations

Pour la Fédération CGT des Services Publics,
Baptiste TALBOT,
Secrétaire général

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 10:02
La colère fait du "buzz" sur internet

lundi 27 septembre 2010, par Frédéric Dayan

Selon une étude menée sur internet du 30 août au 17 septembre, il semble que le réseau Twitter reflète assez bien l’état d’esprit de l’opinion sur la réforme des retraites. Colère, mobilisation sont au menu de nombreux messages circulant sur la Toile. Preuve, là encore que le gouvernement a perdu la bataille de l’opinion.

 

Voir en ligne : Faites connaissance avec le Twitter du site internet CGTlink

 

Les signaux émergents des "tweets" (brefs messages de 140 signes diffusés sur Tweeter, le principal site de microblogging) sont à nette dominante négative : registres de la colère et du conflit, du danger et de l’anxiété, ainsi que de l’immoralité. La présence remarquable du vocabulaire de la mobilisation et du conflit, ainsi que la référence dominante aux syndicats dans le vocabulaire politique, indique que le réseau Twitter est plutôt en accord avec les revendications antigouvernementales.


Reste que si Twitter reflète un état de l’opinion, il contribue aussi à diffuser, faire partager la colère.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 09:48

Retraites,

 la rue parle,

le gouvernement bégaie


Le «non ferme et tranquille» de François Fillon à l’adresse des syndicats, des trois millions de salariés qui ont manifesté le 23 septembre et des 65% de Français qui les soutiennent est-il une preuve de force ou un aveu de faiblesse?


En tous cas, le Premier ministre a reçu le jour même une réponse claire des organisations syndicales qui se sont réunies le 24 pour appeler à deux nouvelles dates de mobilisations et de manifestations les 2 et 12 octobre : «Un non ferme et résolu de la part des manifestants et des organisations syndicales», a déclaré Bernard Thibault qui a prédit au Premier ministre un «retour de boomerang».

Partager cet article
Repost0