Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 13:38

 

 

 

Remise des pétitions contre l'instauration du jour de carence

 

 

 

 

 

J- 7

 

 

 

Le retour des signatures avant le 22 octobre doit s’amplifier afin de peser davantage encore sur la politique inacceptable du gouvernement qui, à ce stade, campe sur sa position de maintenir la journée de carence.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 09:53

Négociation « pour une meilleure sécurisation de l’emploi »

 

 

Le Medef « à côté de la plaque »
 

jeudi 4 octobre 2012

L’heure est à l’urgence sociale : trois millions de salariés sont inscrits à Pôle Emploi, 6 millions de salariés sont en situation de précarité, les ruptures conventionnelles explosent, deux embauches sur trois se font en CDD…

Que propose le Medef ? Comme d’habitude.

 

 C’est à dire plus de flexibilité, des périodes d’essai plus longues, un raccourcissement des délais de mise en œuvre des plans de suppression d’emplois. Comme si la situation économique et sociale était la même qu’avant les élections, comme si la « feuille de route » gouvernementale pour cette négociation n’existait pas.

 

 Le Medef nous parle de « modernisation » du marché du travail, il ne nous parle pas de sécurisation de l’emploi.

 

Il faut que cette négociation prenne une autre tournure.

 

La CGT propose notamment :

• D’encadrer l’usage des contrats précaires.

 

• De construire des droits attachés à la personne transférables d’une entreprise à l’autre (par exemple en matière de formation, de prévoyance, …).

• D’améliorer en amont l’information des représentants du personnel sur la situation et la stratégie de l’entreprise, y compris par des droits nouveaux.

 

• De créer un droit de recours suspensif des représentants du personnel sur les décisions importantes concernant l’emploi.

 

• De maintenir l’emploi, lors de difficultés conjoncturelles que peut traverser l’entreprise, sans organiser la régression des droits des salariés.

 

• De donner les moyens aux représentants des salariés de construire et de faire accepter des propositions alternatives aux projets patronaux.

 

Cela ne pourra se gagner que si les salariés parviennent à se faire entendre.

 

La prochaine séance de négociations, le 11 octobre, sera consacrée au volet « précarité ».

 

L’attitude actuelle du Medef est un mauvais départ pour ces négociations, alors que les salariés attendent avec impatience des réformes de progrès social.

 

C’est cette attente qu’ils exprimeront le 9 octobre 2012 lors de la journée nationale d’action pour l’industrie et pour l’emploi.

 

 

Montreuil, le 4 octobre 2012


Partager cet article
Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 08:59

 

 

Manifestons le 9 octobre 2012 à Bordeaux, Clermont-Ferrand, Epinal, Lyon, Marseille, Paris, Rennes, Toulouse pour l’industrie, pour l’emploi, avec une sécurité sociale professionnelle

A l’appel de la Fédération européenne de l’industrie, le 9 octobre représente une journée européenne d’action pour le développement de l’industrie et de l’emploi.

 


Pour la CGT, il n’y a pas de développement économique possible dans un désert d’emploi et avec l’austérité proposée par le traité européen qui conduirait à 300 000 chômeurs de plus en France en 2013.

 
C’est tout l’enjeu de la négociation interprofessionnelle sur la sécurisation de l’emploi qui débutera en octobre et sur laquelle la participation massive des salariés le 9 octobre pèsera.

 

L’industrie structure l’activité économique

Un emploi dans l’industrie génère 3 à 5 emplois dans les services et la sous traitance qui permettent, par la consommation des salariés, d’alimenter l’économie, donc le développement industriel et l’emploi. La perte de l’industrie alimente donc les suppressions d’emplois directs et indirects.

Il faut des droits nouveaux aux salariés pour :
- des droits suspensifs lors de licenciement et contraindre les entreprises à des alternatives à ceux-ci ;
- intervenir et conditionner toutes aides publiques aux politiques salariales et d’emplois ;
- stopper les suppressions d’emplois et créer de nouveaux postes dans la fonction publique et les services publics ;
- une représentation des salariés à tous les niveaux de décision pour contrebalancer le pouvoir des actionnaires.

 

Et si on parlait du coût du capital ?

Le débat sur la compétitivité porte souvent le coût du travail comme responsable de la crise conduisant à une pression sur les salaires, à dérèglementer le marché du travail, à un transfert de cotisations vers la solidarité et les ménages pour financer la protection sociale.

 

Le travail n’est pas un coût mais le seul levier de création de la richesse par les salariés or, sur 100 euros, 25 vont aux actionnaires.

 

Diviser par deux les dividendes libèrerait 120 milliards d’euros en France pour les investissements productifs, la création d’emplois, le financement de la protection sociale et la diminution du déficit de l’Etat.

 

Ce qui coûte, c’est la stratégie et les choix de gestion des entreprises faisant des salariés une variable d’ajustement mais aussi qui amputent les efforts nécessaires d’anticipation, de formation, de recherche et d’innovation.

 

Pour relancer l’industrie et l’emploi, mobilisons nous le 9 octobre pour gagner une autre répartition des richesses créées.

 

Le Medef veut plus de flexibilité, nous voulons la Sécurité sociale professionnelle A la demande du gouvernement, une négociation interprofessionnelle « sécurité de l’emploi » s’ouvrira le 4 octobre.

 

 Syndicats et patronat sont appelés à négocier rapidement sur des sujets majeurs :
- la lutte contre la précarité sur le marché du travail ;
- l’anticipation des évolutions de l’activité, de l’emploi et des compétences ;
- le maintien dans l’emploi face aux difficultés conjoncturelles des entreprises ;
- l’amélioration des procédures de licenciements collectifs.

 

Le Medef entend se saisir de cette négociation pour obtenir plus de souplesse et de flexibilité des contrats de travail, plus de liberté pour licencier.

 

Pour le Medef, il faut accentuer la pression sur les salariés et le travail alors même que ces vieilles recettes nous conduisent dans l’impasse économique et sociale !

 

Pour la CGT, il faut au contraire se saisir des leviers que comporte cette négociation pour obtenir de nouveaux droits et garanties collectives pour les salariés.

 

Actuellement un salarié qui change ou qui perd son emploi perd la quasi-totalité de ses droits. Parce que les droits sont attachés à l’emploi et dépendent notamment de la taille des entreprises.

 

 Les ruptures de contrat de travail impliquent pour les salariés une perte de revenus importante et tous les droits annexes (ex : complémentaire santé, droit à un congé formation, prévoyance, ancienneté, qualification, droit à la retraite…).

 


Chaque année 7 millions de salariés changent de situation ou d’emplois.

  


Les droits actuels doivent évoluer pour répondre à ces nouveaux besoins de sécurisation par des droits nouveaux interprofessionnels.

 

La CGT propose la construction de droits attachés à la personne cumulables au fil de la carrière, transférables d’un employeur à un autre.

 

Ils doivent constituer le socle d’un nouveau statut du travail salarié. Cela passe notamment par la sécurité sociale professionnelle permettant de garantir le maintien du contrat de travail en cas de suppression de l’emploi, responsabilisant ainsi l’entreprise qui entend licencier.

 

Ces objectifs doivent être au cœur des discussions de la négociation interprofessionnelle à venir.

 

Pour peser sur les négociations et permettre la relance de l’industrie et de l’emploi, votre intervention est nécessaire.

 

Le 9 octobre, participez aux manifestations et pour peser durablement sur les choix qui vous concernent, syndiquez vous à la CGT.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 15:21
Etats généraux de la démocratie territoriale : la Coordination Fédérale Régionale d’Aquitaine interpelle le président du Sénat
 

Dans le cadre des rencontres départementales en amont des états généraux de la démocratie territoriale les 4 et 5 octobre à Paris, le collectif animation réuni le 24 septembre à Bordeaux a décidé d’interpeller le président du Sénat par courrier et mail avec une simple copie aux sénateurs Aquitains.

 

 

PDF - 166 ko
Etats généraux de la démocratie territoriale : la Coordination Fédérale Régionale d’Aquitaine interpelle le président du Sénat
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 14:50
CGT Conseil régional PACA : Ca discute ferme à Paris... Or, c’est ici que ça va se passer !
 

Acte III de décentralisation Corrolaire en Région PACA d’un Budget Primitif 2013 (et suivants) de soutien à l’austérité annoncée par le Chef de l’Etat... Dans ces conditions, c’est non !

Rappel : ce 9 octobre 2012, journée européenne de mobilisation pour l’industrie et l’emploi, la CGT appelle les agents du public à rejoindre massivement la manifestation régionale de Marseille, départ 11h00 Joliette

 

PDF - 730.2 ko
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 12:14
Etats généraux de la démocratie territoriale : la Coordination Fédérale Régionale d’Aquitaine interpelle le président du Sénat
 

Dans le cadre des rencontres départementales en amont des états généraux de la démocratie territoriale les 4 et 5 octobre à Paris, le collectif animation réuni le 24 septembre à Bordeaux a décidé d’interpeller le président du Sénat par courrier et mail avec une simple copie aux sénateurs Aquitains.

PDF - 166 ko
Etats généraux de la démocratie territoriale : la Coordination Fédérale Régionale d’Aquitaine interpelle le président du Sénat
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 12:04
Motion des agents de la filière sociale
 

Les agents de la filière sociale ne sauraient cautionner en aucune manière le Nouvel Espace Statutaire, pas davantage pour la filière sociale que pour les autres agents.

Le NES induit des déroulements de carrière en retrait par rapport aux édifices statutaires auxquels il se substitue.

Les agents dénoncent le passage en force avec l’adoption au Conseil Supérieur de la Fonction Publique de l’Etat le 6 avril 2012, malgré le boycott des organisations syndicales lors des deux séances, des décrets reclassant les assistantes sociales sur la grille du Nouvel Espace Statutaire et les Conseillères Techniques en Service Social sur la nouvelle grille du « petit A » (IM 604 maximum).

 Ils affirment le caractère inacceptable de ces décrets, dont la publication est de la seule responsabilité des gouvernements Sarkozy et Hollande. Les agents dénoncent la volonté manifeste du gouvernement d’aligner les cadres d’emplois et les corps de l’ensemble de la filière sociale, socio-éducative et médico-sociale, dans les trois versants de la Fonction publique, dans l’Etat, la territoriale et l’hospitalière, sur cette même grille.

Les revendications des personnels de l’ensemble de la filière sociale demeurent :


- a catégorie A sur la grille type de la catégorie A pour les assistant(e)s sociaux, les conseiller(e)s en éducation sociale et familiale, les éducateurs-éducatrices de jeunes enfants et les éducateurs-éducatrices spécialisé(e)s,
- l’inscription immédiate au niveau II du répertoire national des certifications professionnelles des formations des travailleurs sociaux,
- la catégorie A+ pour les corps et cadres d’emplois aujourd’hui en catégorie A (conseillers sociaux et éducatifs),
- l’intégration immédiate en catégorie B des technicien(ne)s en intervention sociale et familiale,

 

-

 un véritable déroulement de carrière pour les moniteurs-monitrices éducateurs.

Télécharger la motion au format word :

Word - 120 ko
Motion des agents de la filière sociale

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 14:27
Fonction publique : Le changement doit aussi passer par des mesures concrètes !
  

 

 

 

L’action publique, ses agents, les missions de la Fonction publique ont occupé une place importante dans la conférence sociale tenue les 9 et 10 juillet.

Le gouvernement a souligné à cette occasion sa volonté de rupture avec la politique antérieure, son attachement aux services publics, à la Fonction publique, aux personnels qui chaque jour travaillent pour l’intérêt général.

Les organisations CGT de la Fonction publique se félicitent de cette approche et de cette volonté affichée de rompre avec l’entreprise de déstructuration des missions de la Fonction publique menée ces dernières années.

Pour autant, à l’issue de la conférence sociale, et en particulier de sa table ronde n°7 consacrée à l’action publique et à ses agents, les organisations CGT de la Fonction publique ne peuvent que tirer un bilan pour le moins mitigé.

Au cours de la table ronde, la délégation de la CGT a rappelé son attachement aux principes et valeurs du service public et de la Fonction publique, aux garanties statutaires comme condition d’un service public rendu de manière équitable sur l’ensemble du territoire. Elle a condamné les décisions annoncées de poursuite des suppressions d’emplois dans les ministères dits non-prioritaires. Elle a souligné l’impact des enjeux ayant trait à la Fonction publique au-delà du champ de celle-ci, notamment pour les salariés de droit privé assurant des missions de service public dans le secteur de la santé et de l’action sociale.

La délégation a porté la nécessité de mesures immédiates, notamment le dégel du point d’indice et l’abrogation du jour de carence, et la volonté de voir s’ouvrir rapidement des négociations sur les questions qui préoccupent les agents.

De fait, l’ouverture de nombreux chantiers de négociation et de concertation est annoncée sur des sujets importants, que la CGT, avec d’autres organisations, a demandé de voir traiter.

C’est en particulier le cas sur la place, les missions de la puissance publique et des services publics (concertation à l’automne, déclinée sur le territoire), les droits syndicaux (concertation à l’automne), l’égalité professionnelle femmes-hommes (négociation à l’automne en vue d’un accord), l’emploi des handicapés, des jeunes peu qualifiés et des seniors (concertation à l’automne en vue d’éventuelles négociations), la santé et la sécurité au travail (bilan de l’accord de 2009 à l’automne), la prévention des risques psycho-sociaux (négociation à la rentrée 2012), les agents non titulaires (concertation à l’automne).

S’agissant des perspectives d’une nouvelle étape de décentralisation, la CGT a rappelé que rien ne pouvait être envisagé avant débat contradictoire.

La question des rémunérations, des carrières et des parcours professionnels fera l’objet d’un bilan approfondi à l’automne en vue de négociations qui pourraient débuter début 2013.

La CGT apprécie positivement la volonté gouvernementale d’engager un tel chantier de dialogue social. Elle se félicite de la décision annoncée par Marylise Lebranchu d’abroger les mesures relatives à la réorientation professionnelle issues de la loi dite de mobilité du 3 août 2009.

Dans le même temps, elle déplore l’absence de mesures immédiates, en particulier sur le point d’indice et le jour de carence. La CGT estime par ailleurs que le cadre financier extrêmement contraint défini par le gouvernement est inacceptable et constitue un frein à la nécessaire politique de développement du service et de l’emploi publics, et à la reconnaissance du travail des agents par la satisfaction de leurs légitimes revendications. Cet étau financier doit être rompu pour que cesse enfin le processus engagé de régression pour les missions de la Fonction publique, les usagers et les agents ;

La CGT abordera de manière offensive les échéances de négociation à venir. La mobilisation des agents, avec leurs organisations syndicales, sera une condition incontournable d’un réel changement. D’ores et déjà, la CGT oeuvre résolument en ce sens.

Montreuil, le 12 juillet 2012


Télécharger ce communiqué au format PDF :

PDF - 108.5 ko
Fonction publique : Le changement doit aussi passer par des mesures concrètes !

 

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 14:21
Le 11 octobre, les retraités dans l’action !
 

Une fois encore, on tente d’opposer la jeunesse de notre pays aux retraités. Et pour ce faire, on rédige un rapport via la Cour des comptes.

Non, les retraités ne sont pas des nantis. Faudrait-il que tous les retraités soient dans la misère ou pauvres, pour que leurs conditions de vie soient décrites avec sincérité ?

 

L’UCR-CGT dénonce un rapport orienté et non objectif sur la situation des retraités en France et particulièrement la situation des femmes retraitées ou veuves. Le rapport de la Cour des comptes préconise de récupérer 5 milliards sur les 12 dont les retraités bénéficieraient.

 

 

Lire la suite dans le communiqué de l’UCR-CGT ci-dessous.

 

PDF - 61.9 ko
Le 11 octobre, les retraités dans l’action !
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 14:08
Tract Fédération CGT des Services Publics : Et "maintenant", c’est pour quand ?! Le changement est nécessaire tout de suite !
 

Pour les agents et salarié(e)s de la Fonction publique territoriale, des services publics de l’eau et du logement, le changement c’est de répondre aux attentes sociales en rompant avec les politiques d’austérité :
- Développer les services publics et l’emploi public nécessaire à leur bon fonctionnement
- Abroger la loi de réforme des collectivités territoriales
- Dégeler le point d’indice, rattraper l’inflation et augmenter les rémunérations
- Abroger la journée de carence
- Titulariser tous les agents non titulaires en poste
- Accéder à la retraite dès 60 ans et reconnaître la pénibilité d’un certain nombre de filières donnant droit à départ anticipé
- Sortir du Pacte européen budgétaire
- Créer un pôle public financier et mettre en place une vraie politique d’investissement monétaire et de crédit
- Réformer la fiscalité
- Développer l’emploi industriel

Mais en cette rentrée, aucune rupture avec la politique d’austérité ne se fait jour !
Nous sommes loin des promesses de la campagne présidentielle de rompre avec la logique d’austérité de Nicolas Sarkozy !

 

PDF - 328.9 ko
Tract CGT Services publics - version PDF
Word - 984.8 ko
Tract CGT Services publics - version word 2010
Word - 1.9 Mo
Tract CGT Services publics - version word 97

 


Partager cet article
Repost0