Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 09:52

Retraites :

Transformons l'inquiétude

en mobilisation

 

Depuis des mois, au fil des sondages, bien avant que la crise n’ébranle nos économies, les cadres marquent une défiance de plus en plus large vis-à-vis des politiques sociales menées dans notre pays.
Les enquêtes le confirment chaque fois un peu plus : cette catégorie est loin d’être acquise aux idées dominantes et aux dogmes libéraux.

 

 

La récente livraison du baromètre CSA UGICT-CGT avait confirmé que les cadres sont inquiets pour le système de retraites et peu convaincus de la pertinence des solutions de capitalisation. La semaine passée, le baromètre Viavoice – HEC – Le Figaro Economie – France Inter – France 24 a révélé l’inquiétude massive des cadres concernant le financement de leur propre retraite. Pour autant, ces derniers n’entendent pas renoncer au système de retraites actuel par répartition, au bénéfice éventuel de retraites par capitalisation. 72% des cadres se déclarent inquiets concernant le financement de leur propre retraite. Parmi eux,les jeunes sont à peine plus confiants que leurs aînés : 69% des 18-39 ans sont inquiets.


On voit là que cette catégorie n’est pas exempte des interrogations que se posent la plupart des Français. Ces résultats confirment bien que les cadres sont bel et bien des salariés comme les autres. Et ils manifestent un fort attachement au système de retraite actuel par répartition. Car malgré leurs craintes, ils ne se retournent pas vers la retraite par capitalisation.Au contraire, 62 % considèrent que « notre système de retraite est un atout pour la France et qu’il faut le préserver ».


Ce que nous disent ces sondages, c’est que le gouvernement est vraiment en difficulté avec ces couches moyennes sur qui il fait reposer bien des fardeaux en matière de fiscalité. Le discours sur le recul de l’âge de la retraite ou l’augmentation de la durée de cotisation ne fait pas recette chez les cadres qui voient bien tout ce qu’ils ont à perdre.
C’est que la perspective d’arriver à réunir une carrière complète s’éloigne encore un peu plus sous les effets de l’allongement de la durée des études, la précarité en début de carrière et le chômage massif des seniors. Ils ont aussi vu comment notre système a résisté à la crise financière alors que s’écroulaient les fonds de pensions anglo-saxons.


Alors que les organisations syndicales viennent de décider d’une nouvelle date de mobilisation le 27 mai, ces sondages nous disent d’une part que nos arguments et nos propositions pour une réforme des retraites sont entendus. D’autre part que nous pouvons transformer l’inquiétude des cadres en mobilisation sociale. Nous pouvons d’autant mieux le faire que les cadres attendent des syndicats qu’ils prennent en main cette question et comme tous les salariés, ils aspirent à l’unité des organisations syndicales.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires